Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : carnet de voyages
  • carnet de voyages
  • : journal de bord d'un comédien, photographe.
  • Contact
26 novembre 2007 1 26 /11 /novembre /2007 03:08
Zao les gens !
dernier jour de festival et une fin en toute beaute, pour commencer dans l`apres midi de cet hiver Tainanais tres doux (28 degres) je suis alle voir .
les-amours-d-Astree-et-Celadon.jpg"Les Amours d`Astree et Celadon" d`Eric Rohmer, le synospis

Dans une forêt merveilleuse, au temps des druides, le berger Céladon et la bergère Astrée s'aiment d'amour pur. Trompée par un prétendant, Astrée congédie Céladon qui, de désespoir, se jette dans une rivière. Elle le croit mort, mais il est secrètement sauvé par des nymphes.
Fidèle à sa promesse de ne pas réapparaître aux yeux de sa belle, Céladon devra surmonter les épreuver pour briser la malédiction. Fou d'amour et de désespoir, convoité par les nymphes, entouré de rivaux, contraint de se déguiser en femme pour côtoyer celle qu'il aime, saura-t-il se faire reconnaître sans briser son serment ?

Un film tres frais, sensuel, drole et tres poetique, en sortant de la projection j`ai pense a Jean Claude (Guiguet) je pense qu`il aurait adore ce film, on pense beaucoup a la peinture, Courbet et Renoir, un tres grand moment.

Celadon-et-Astree.jpgCeladon-et-Astree-2.jpgCeladon-et-Astree-3.jpgPlus tard, dans la soiree, je suis alle voir
les-temoins3.jpgd`Andre Techine, emouvant et tres juste, Michel Blanc et Sami Bouajila sont excellents !
le synospis

Paris, été 1984.
Manu débarque à Paris, où il partage la chambre de sa soeur Julie dans un hôtel modeste. Il fera la connaissance d'Adrien et nouera une amitié chaste et joyeuse avec ce médecin quinquagénaire, qui lui fera découvrir le style de vie de son milieu.
Au cours d'une balade en bateau, Adrien présentera à Manu Sarah et Mehdi, un couple de jeunes mariés qui vient d'avoir son premier enfant.
Une passion amoureuse imprévue et l'irruption de l'épidémie du sida, encore perçue dans les médias et l'imaginaire collectif comme une peste moderne et honteuse vont bouleverser le tranquille agencement de ces destins particuliers. Chacun va devenir acteur et témoin d'un drame contemporain, où ceux qui ne mourront pas ressortiront peut-être plus forts, mais en tout cas pas indemnes.les-temoins.jpgles-temoins2.jpg











ci dessous la critique des Inrocks, je suis totalement en accord avec elle.

Johan Libereau donne une véritable fraîcheur et une réelle singularité. Autour de lui se croisent un inspecteur de la brigade des mœurs (Sami Bouajila, vraiment éblouissant), son épouse (Emmanuelle Béart), romancière qui écrit des livres pour enfants mais peine à assumer sa jeune maternité, et aussi un médecin homosexuel (Michel Blanc, égal à lui-même, mais cette fois dans un grand film), qui s’éprend du jeune homme. Le premier mouvement du film trace des lignes de désir contradictoires entre ces différents pôles, dans une pure logique de dépense et d’affolement. Le second, avec l’irruption de la maladie, redistribue les places et les liens, et amène chacun à se déterminer avec fermeté sur des sujets qui prennent les passions de vitesse : la prise de conscience d’être mortel, la relativité de toutes les questions ne concernant pas la survie. Les morts annoncées qu’on accompagne, les vies qu’on sauve (d’une noyade, d’un suicide programmé), celles qu’on retrouve (comme la vie amoureuse dont on avait fait son deuil et qui resurgit grâce à une rencontre tardive) ou qu’on accepte (celle donnée à un nouveau-né, que la jeune mère n’accueille vraiment qu’après un détour par sa propre enfance), c’est le sujet d’une infinie ampleur des Témoins. Dans ce mouvement d’embrassement, le film joint tous les âges de l’existence, le mélodrame et la comédie, la création littéraire et l’opéra, les fonds sous-marins et les envolées en plein ciel,sans rien perdre de sa cohérence et de son harmonie. Fébrile mais souverain, douloureux mais sage, à la fois magnifique et indispensable.

JEAN-MARC LALANNE

Le retour a minuit sur mon petit velo dans un Tainan bien sage etait un petit peu triste, ce film m`a replomge dans le souvenir d`amis perdus par cette terrible maladie.
Mais voila la vie est la et il faut en profiter.
Bisous
Eres
                             !!!!!!!!!DEMAIN GRAND SCOOP !!!!!!!!

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires